>EXPO : Alexandre Calder "Les années parisiennes" (1926-1933)

calder1

>

Poète, fantaisiste et facétieux, l’artiste, ingénieur de formation, maîtrise l’espace et renverse la gravité de ses sculptures, qui ne tiennent pas sur un socle mais accrochées à des fils. Calder invente la sculpture en mouvement, de petites créatures mécanisées que Duchamp a baptisé « mobiles » et qui bougent comme des vraies, au bout des doigts du colosse. Et Dali de s’agacer : « La moindre des choses, c’est qu’une sculpture ne bouge pas »… Calder affranchit son art de toute contrainte, qu’elles soient physiques ou intellectuelles, et c’est la dimension ludique qui prime dans ses œuvres .

L’exposition de ce monde enchanté, consacrée aux premières années de création de l’artiste à Paris, entre 1926 et 1933, est visible jusqu’au 20 juillet au Centre Pompidou.

+ d’infos
Centre Georges Pompidou
Calder Foundation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s